Par Martine Desquerre, Sage-femme

Le diabète de grossesse ou diabète gestationnel touche aujourd’hui entre 3 et 20 % des femmes enceintes. Son mécanisme propre à l’état de grossesse est bien connu, sa prise en charge maîtrisée et dans la majorité des cas, sa disparition après l’accouchement reste de mise. La prévention reste la meilleure des alternatives à sa possible apparition et évolution, la maman gardant un risque potentiel, lorsqu’il apparaît, de développer un diabète chronique dans les années qui suivent.

Diabete gestationnel

Comprendre le diabète de grossesse

Pourquoi fait-on du diabète gestationnel ?

Le pancréas, qui en temps normal sécrète l’insuline permettant de réguler la glycémie, va être en quelque sorte contrarié par les hormones du placenta. Sa production d’insuline va alors être insuffisante pour contrebalancer l’effet de ces hormones, entrainant alors une hyperglycémie.

Les signes et les facteurs de risque

Même si la fatigue, la soif exagérée, les maux de tête et la fréquence des mictions peuvent faire partie des principaux symptômes, ces derniers étant fréquents chez la femme enceinte, ils peuvent passer inaperçus.
Le risque de développer un diabète augmente toutefois avec l’âge, un surplus de poids, des antécédents de diabète dans la famille, avoir déjà eu un bébé de plus de 4 kg, ou développé un diabète de grossesse à l’occasion d’une grossesse précédente.

Le dépistage du diabète gestationnel

Le test de dépistage est recommandé entre la 24ème et la 28ème semaine chez toutes les femmes enceintes. Chez les femmes à risque, une glycémie à jeun en tout début de grossesse est recommandée avec un test de dépistage pratiqué plus tôt.

Le dépistage peut être fait de 2 manières avec la mesure de la glycémie

  • 1 heure après l’ingestion de 50 g de glucose
  • A jeun, puis 1 heure et 2 heures après l’ingestion de 75 g de glucose

Les répercussions du diabète de grossesse

Les risques et les complications sont possibles si le diabète n’est pas dépisté et donc régulé. Les signes comme un excès de liquide amniotique, l’apparition d’une hypertension doivent initier une démarche de dépistage plus précoce, de même qu’un bébé dont le poids évalué in utéro est au-dessus des courbes.
Non dépisté le diabète pourra entrainer, un risque

  • D’accouchement par césarienne, à cause entre autres du poids du bébé,
  • D’accouchement prématuré provoqué par l’excès de liquide amniotique,
  • Un risque plus élevé de rester diabétique après l’accouchement ou de développer à long terme un diabète chronique,
  • Des hypoglycémies chez le bébé à la naissance,
  • Un risque d’obésité pour le bébé et d’intolérance au glucose à l’âge adulte.

Comment traiter le diabète gestationnel ?

Une alimentation saine tenant compte des portions et de la répartition des sucres ainsi qu’une bonne hygiène de vie sont généralement suffisant pour contrôler le diabète de grossesse. La pierre angulaire du traitement résidant dans l’alimentation contrôlée des glucides.
Toutefois si les glycémies demeurent trop élevées, le médecin prescrira des injections d’insuline (une hospitalisation au préalable aura été organisé) ou dans certains cas des antidiabétiques oraux.

La surveillance pendant l’accouchement : la glycémie est surveillée et le traitement est adapté selon les taux de la glycémie.

La surveillance après l’accouchement : la glycémie du bébé est contrôlée durant les heures qui suivent sa naissance et un test est recommandé pour la maman entre 6 semaines et 6 mois après l’accouchement. Le maintien d’un poids santé est conseillée avec la reprise d’une alimentation équilibrée et d’une activité physique

Les conseils de la sage femme

Une alimentation équilibrée

A organiser dès le début de la grossesse, en tenant compte des envies et des difficultés dans certains cas de s’alimenter correctement, notamment lorsque l’état nauséeux persiste. Le gage de ne pas développer un diabète réside dans le maintien d’une alimentation équilibré en consultant (même s’il n’existe AUCUN facteur de risque) une diététicienne pour établir un plan alimentaire, en répartissant les sucres tout au long de la journée.

Maintenir une activité physique

Il est important de maintenir une activité physique lorsque l’état de grossesse est annoncée ! Beaucoup de sports sont adaptés, c’est le cas de la marche, la danse, le vélo, la natation, le ski de fond et même le jogging 😊
Vous pouvez entreprendre une activité physique en commençant graduellement si vous n’avez pas l’âme d’une sportive : 3 à 5 séances de 45 minutes apporte de nombreux avantages et aide au contrôle du diabète de grossesse.

Allaiter

Une fois le bébé né, l’allaitement est recommandé pour toutes les mamans, diabétiques ou non. Il aide au contrôle de la glycémie et prévient l’installation d’un diabète chronique. Il réduit également le risque d’obésité chez l’enfant.

prendre rendez-vous médecins en ligne