L’accouchement naturel séduit de plus en plus de futures mamans en France. D’ailleurs vous envisagez peut-être vous-même d’y avoir recours pour la naissance de votre bébé ? Bonne idée : ce type d’accouchement peut constituer une belle expérience. Cependant, force est de reconnaître que la décision d’accoucher naturellement soulève de nombreuses questions ! Est-ce vraiment fait pour vous ? Allez-vous pouvoir accoucher en maternité ou devez-vous opter pour un accouchement à domicile ? Et comment vous préparer pour supporter les contractions le jour J ? Nous vous expliquons l’essentiel à savoir pour vous aider à faire votre choix !

accouchement naturel

Accoucher naturellement ça veut dire quoi exactement ?

On parle d’accouchement naturel ou d’accouchement physiologique lorsqu’un accouchement se déroule de la manière la moins médicalisée possible. En d’autres termes il s’agit d’un accouchement SANS :

  • péridurale ;
  • monitoring continu par fil. Rien ne vous obligera donc à rester allongée : vous resterez parfaitement libre de vos mouvements ;
  • injection d’hormone de synthèse pour accélérer le travail ;
  • césarienne, etc. 

Le nombre de touchers vaginaux est également réduit au maximum et vous pouvez accoucher dans la position qui vous semble la plus confortable. A quatre pattes par exemple ou même accroupie !

Comment savoir si l’accouchement naturel est fait pour vous ?

Premier point important : l’accouchement physiologique n’est envisageable que s’il n’existe aucun facteur de risque particulier. Il ne concerne donc que les accouchements :

  • à terme. C’est-à-dire se déclenchant d’eux-mêmes entre la 38ème et la 42ème semaine d’aménorrhée ( calendrier de grossesse ) ;
  • où le futur bébé se présente tête vers le bas. Bien entendu, il doit aussi être en parfaite santé (ex. : croissance normale, rythme cardiaque normal) ;
  • pour lesquels la future maman ne présente aucune maladie (ex. : diabète gestationnel) ou anomalie placentaire (ex. : placenta prævia) susceptibles d’entraîner des complications. Des antécédents de césarienne peuvent aussi constituer une contre-indication. 

Dans les autres cas de figure, vous serez dirigée vers un accouchement plus médicalisé. Votre grossesse se déroule très bien ? Alors la décision vous revient pleinement ! Si vous souhaitez rester active durant l’accouchement, en ressentir toutes les sensations et accueillir Bébé dans une ambiance intime, l’accouchement physiologique est sans doute fait pour vous.

Où pouvez-vous accoucher naturellement ?

Pour accoucher de la manière la plus naturelle possible, vous avez surtout le choix entre :

  • une maternité disposant d’une salle nature ou « salle physiologique ». Lianes de suspension, baignoire ou encore ballon d’accouchement : de nombreux équipements vous y attendent pour faciliter la naissance de bébé. Avantage : en cas de complication, l’équipe médicale pourra intervenir tout de suite. En revanche vous devrez faire de petits compromis. Comme accepter la pose d’un cathéter à votre arrivée pour faciliter une perfusion en cas d’imprévu par exemple ;
  • l’une des rares maisons de naissance françaises. Entièrement gérées par des sages-femmes, leurs équipements sont proches de celui des maternités. Toujours contiguës à un établissement de santé, elles permettent des interventions rapides si besoin ;
  • l’accouchement à domicile avec une sage-femme libérale. Difficile de faire plus intime ! Mais mieux vaut habiter près d’un hôpital en cas d’imprévu. 

Vous voulez accoucher avec VOTRE sage-femme mais vous préféreriez un environnement plus sécurisé ? Dans ce cas, sachez que certaines maternités louent leurs locaux aux sages-femmes libérales. On parle alors d’accouchement en plateau technique !

Et pourquoi pas un accouchement dans l’eau ?

L’accouchement dans l’eau est pratiqué par de plus en plus de maternités françaises. Le principe ? Accoucher dans une baignoire transparente, remplie d’une eau à 37°. Soit exactement la même température que le liquide amniotique dans lequel baigne bébé. Le top pour lui garantir une arrivée en douceur ! N’ayez crainte : comme bébé reçoit son oxygène via le cordon ombilical, il n’y aucun risque de noyade. Il n’utilisera ses poumons qu’une fois porté à la surface. De plus, l’eau chaude va : 

  • vous aider à vous détendre ;
  • réduire les douleurs des contractions ;
  • accélérer le travail en dilatant plus rapidement le col de l’utérus ;
  • réduire nettement le risque d’épisiotomie et de déchirure. En effet, seulement 10% des femmes qui accouchent pour la toute première fois ont besoin d’une épisiotomie avec cette méthode. Contre 75% pour un accouchement « classique » !

Comment se préparer à un accouchement naturel ?

L’accouchement sans péridurale peut effrayer mais il existe de nombreuses façons naturelles de gérer la douleur !
Pensez notamment à l’
auto-hypnose, au yoga prénatal ou à consulter un sophrologue pour votre préparation à l’accouchement. Toutes ces méthodes vous aideront à rester « zen » le jour J et à mieux supporter les contractions.

Vous préférez un accouchement dans l’eau ? Dans ce cas, sachez que vous devrez suivre une préparation à la naissance spécifique. Dès votre 5ème mois de grossesse, direction la piscine avec votre sage-femme ! Vous y ferez des exercices pour muscler votre dos, vos bras et vos jambes : cela facilitera le travail le jour J. Vous y apprendrez aussi des mouvements de relaxation spécifiques.

consulter médecin en ligne