Par Martine Robert, Sage-Femme

La bonne nouvelle vient de tomber ! Vous allez devenir papa !!
Une fois les émotions passées, de la perception de cette pointe de bonheur ressentie à imaginer la suite avec bébé, dans votre esprit il n’y a qu’un pas ! sauf qu’en réalité, il y a 9 mois 😊 Impatience, questionnements, mystères et découvertes mais aussi bricolage et montage vont être vos principales activités cérébrales et pratiques mais au-delà de celles-ci il en est une à ne pas négliger : se préparer !

Devenir papa ? pas facile

Si cette fois on parlait de vous ?

Etre considéré tout au long de ces 9 mois, dans votre histoire, vos interrogations, vos angoisses ne doit pas être négligé à l’occasion des rendez-vous médicaux.

Comment va-t-elle ? Comment vous sentez-vous ?

Votre désir de vous impliquer par tous les moyens à ses côtés est parfois votre seul moyen de certifier votre empressement à voir ce bébé arriver. Elle fabrique un bébé, vous bâtissez le nid (travaux de rénovation, construction d’une maison, chambre et lit à monter) comportement ancestral, qui, malgré les milliers de générations passées, n’a pas évolué et changé..tout doit être prêt pour son arrivée, les mettre à l’abri et subvenir à leur besoin.

Au fil des mois, se rapprochant de la date du terme, votre implication va tout doucement évoluer vers un fort désir de participer à tous les cours de préparation ordonnés, pour être parfaitement « papa » le jour J et après !

Nul question de vous contraindre à participer à tous les cours, où intimité féminine et respiration mêlée, reste et resteront une affaire de futures mamans et uniquement !

C’est elle qui est enceinte, parfois qui vomit, qui ressent, qui passe les échographies, qui sent bouger Votre bébé, qui dort beaucoup, qui peut être n’a plus envie de vous…qui va accoucher, qui va avoir des contractions, une péridurale ou une épisiotomie. Elle va aussi peut être allaiter, et avoir un congé maternité.

Vous, à ses côtés, vous ne comprendrez pas toujours et découvrirez peu à peu toujours à ses côtés un ventre rond au travers duquel vous sentirez des petits coups de pieds. Parfois vos angoisses éprouvées auront pu vous faire prendre du poids et vous fatiguer..la fameuse couvade, état hautement révélateur de vos questionnements pour la plupart refoulées.

Etablissez ensemble votre projet de naissance, un projet auquel vous avez pensé et réfléchi et qui vous correspond. Pour vous donner les moyens d’y parvenir, vous devrez être au cœur de l’action à l’occasion des séances à partager avec la maman face à votre sage-femme. Participer d’une manière active et efficace avec des exercices autour du ballon de grossesse par exemple, vous donnant les moyens d’adapter le jour de la naissance votre rôle et votre place participative, voilà qui va vous convenir

Pour vous rassurer, vous devrez entendre à quel moment partir à la maternité, mais encore, et aussi entendre le changement de rythme de vie qui va s’imposer à toute la famille, vous permettant de les accueillir avec plus de sérénité. Vous entendre dire que la vie va changer c’est bien, vous permettre et vous aider à y faire face c’est mieux.

L’idéal ? Un atelier juste pour vous et rien que pour vous sur les soins à donner à votre bébé, comment le moucher, le changer, lui donner le bain et toutes les questions vous préoccupant à son sujet. La température de la chambre et l’installation du siège auto, c’est pour vous, la layette pour elle.

C’est alors d’un pas plus assuré que vous partirez pour la maternité, impatient de voir votre bébé, mais parfaitement sécurisé pour l’accueillir, le porter et ….le bercer 😊 ne pas le laisser pleurer.

Bien préparé, vous saurez comment soutenir et aider la jeune maman au retour de la maternité, vous saurez comment appréhender votre propre bouleversement émotionnel, et si difficulté ressentie et à vivre, vous oserez en parler et vous faire aider.

Les conseils de la sage-femme

  1. Laissez aller vos émotions mais aussi vos questions.
  2. Osez aller chercher plus loin pour vous préparer, avec des propositions d’ateliers pratiques semblant plus vous convenir.
  3. Privilégiez une information soutenue et des échanges traitant en profondeur votre paternité, pour ne pas être mis de côté et vous sentir isolé. Et n’oubliez jamais que le “prendre soin des autres”, passe par le “prendre soin de soi-même” pour les papas !
consulter un medecin en ligne hellocare