Que vous soyez un homme ou une femme, les bonnes raisons de faire de la boxe, du karaté ou encore du Krav-Maga sont nombreuses : ces sports vous aident à évacuer votre stress, garder la forme, retrouver la ligne… Ils peuvent également booster votre confiance en vous, développer votre self-control et vous permettre de vous défendre correctement lors d’une situation dangereuse. Mais leur pratique nécessite un minimum de préparation et de précaution : découvrez 5 bons réflexes à adopter pour vous mettre aux sports de combats et aux arts martiaux en toute sécurité !

sports de combat arts martiaux

Cernez vos attentes pour choisir votre sport

Identifier vos envies est essentiel pour choisir parmi les centaines de sports de combat et d’arts martiaux existants. Self-défense ou compétition ? Voulez-vous manier une arme comme au kendo ? Etes-vous prêt(e) à encaisser des coups (sport de combat de percussion type boxe anglaise) ou préférez-vous les sports de préhension à base de prises d’immobilisation comme la lutte américaine et le judo ? À noter : globalement les arts martiaux sont plus indiqués pour la self-défense. Découlant en droite ligne de techniques militaires, au contraire des sports de combat codifiés spécifiquement pour la compétition, ils ont plus « d’applications pratiques ». Le Krav-Maga, qui marie diverses approches (ex. : boxe, ju-jitsu) est aussi parfait pour l’auto-défense.

Prenez un avis médical

Il est nécessaire de consulter votre médecin – voire un médecin du sport si vous vous orientez vers la compétition – avant de vous mettre aux sports de combat ou aux arts martiaux car il existe de nombreuses contre-indications médicales. Impossible de toutes les passer en revue mais retenez que :

  • les contre-indications sont particulièrement élevées pour les disciplines sportives autorisant les victoires par KO ;
  • l’épilepsie, les antécédents de lésion cérébrale ou de coma, les troubles psychiques et les troubles de l’équilibre font souvent partie des contre-indications absolues ;
  • diverses maladies chroniques, type asthme ou diabète, peuvent aussi être des contre-indications en fonction de leur gravité. On parle de contre-indications relatives.

Assistez à des cours pour choisir le bon établissement

Autre bon réflexe pour vous mettre aux sports de combat et aux arts martiaux : assistez à un cours dans plusieurs salles de sport ou dojos avant de vous inscrire. Cela vous permettra de vérifier l’ambiance qui y règne et l’hygiène des locaux. Conseil : faites systématiquement un tour aux toilettes, c’est souvent très révélateur de l’état d’hygiène général… Si vous êtes particulièrement séduit(e) par un établissement, demandez ensuite à faire une séance d’essai : habituellement, c’est gratuit ou moins cher qu’un vrai cours. NB : faites preuve d’intransigeance sur la sécurité. Aucun établissement sérieux ne peut accepter votre inscription sans un certificat médical de non contre-indication à la pratique sportive.

Sports de combat et art martiaux : équipez-vous correctement !

Chevillières, protège-dents, gants de boxe… L’équipement peut beaucoup varier en fonction du sport : normalement, votre professeur doit vous indiquer clairement tout ce dont vous aurez besoin lors de votre inscription. Un bon conseil : misez sur la qualité. Un équipement en bon état et parfaitement adapté à votre taille réduira grandement les risques de blessure durant votre entraînement. Certes, le matériel de bonne qualité coûte plus cher mais il dure aussi plus longtemps que le bas de gamme : vous n’aurez pas besoin de le renouveler souvent, surtout si vous l’entretenez avec soins. À noter : il n’est pas nécessaire pour autant d’investir dans le très haut de gamme, à moins de viser les championnats !

Respectez votre corps

Quand on commence un sport de combat ou un art martial, il ne faut pas se fixer d’objectifs trop élevés. Restez à l’écoute de votre corps pour ne pas dépasser vos limites : mieux vaut progresser en douceur, en augmentant peu à peu la durée et la difficulté des exercices, plutôt que de prendre le risque de vous épuiser et de vous blesser en allant trop vite. Pour faciliter votre récupération et optimiser vos entraînements, veillez aussi à adopter une bonne hygiène de vie : pensez surtout à soigner votre alimentation, à vous hydrater régulièrement et à dormir suffisamment.