Le saviez-vous ? La scarlatine n’a pas complètement disparu en France. Bien qu’elle soit nettement mieux maîtrisée de nos jours, elle ressurgit encore certains hivers : elle a d’ailleurs provoqué une épidémie assez importante en 2004 ! Même si elle touche de préférence les enfants de 5 à 10 ans – ce qui lui vaut d’être considérée comme une maladie infantile – on ressence aussi des cas de scarlatine chez l’adulte et le bébé : mieux vaut consulter un médecin dès l’apparition des symptômes car seule une bonne prise charge permet d’écarter totalement les risques de complications.

Scarlatine

Une maladie autrefois très redoutée

Parfois surnommée fièvre écarlate, la scarlatine est une maladie infectieuse très contagieuse ayant fait de lourds dégâts en France par le passé. En effet, avant le développement de son traitement, certaines de ses complications s’avéraient souvent mortelles : parmi elles, citons la pneumonie, la septicémie (infection généralisée se propageant via la circulation sanguine), la méningite et les atteintes rénales et cardiaques. Cela étant dit, cette infection peut aussi « simplement » évoluer en otite ou en sinusite ! De plus, ses complications graves sont devenues rarissimes en France. Si on les observe encore parfois, c’est surtout chez les personnes au système immunitaire fragilisé et/ou n’ayant pas du tout été traitées.

Focus sur les causes de la scarlatine

Cette infection est provoquée par une bactérie, plus précisément par un streptocoque du groupe . Ce dernier se transmet généralement par voie aérienne. En effet, la bactérie est très présente dans les sécrétions nasales et la salive si bien qu’il suffit d’un éternuement ou de quelques postillons pour la propager. Mais il est également possible de contracter la scarlatine lors d’un baiser ou en touchant des objets contaminés ! A noter également que les malades sont déjà contagieux 2 à 5 jours avant l’apparition des premiers symptômes… La bonne nouvelle dans tout ça, c’est que la majorité de la population se trouve immunisée dès l’âge de 10-15 ans. Du moins contre le streptocoque causant le plus souvent cette maladie : il y a un risque de la contracter à nouveau en présence d’une autre souche bactérienne.

Les symptômes de scarlatine chez l’adulte

Les principaux symptômes de scarlatine de l’adulte sont :

  • une fièvre supérieure à 38,5°C accompagnée de frissons ;
  • une angine accompagnée de difficultés à avaler ;
  • des ganglions du cou enflés ;
  • des anomalies au niveau de la langue. En effet, cette dernière se couvre d’abord d’un enduit blanc avant de prendre une couleur framboise ;
  • une éruption cutanée, 1 à 2 jours après le début de l’angine. Selon l’intensité de la maladie, la peau peut être très rouge ou seulement rosée. Il est à noter également que les plaques peuvent rester localisées au niveau des plis de flexion (aine, aisselles, plis du coude) ou se répandre au reste du corps en épargnant toutefois le contour de la bouche ainsi que la paume et la plante des pieds.

Les symptômes de scarlatine chez bébé

La scarlatine du bébé est rarissime avant l’âge de 2 ans car, sauf circonstances particulières, les anticorps de sa mère le protègent encore. Cela étant dit, retenez qu’elle se manifeste globalement de la même manière que chez l’adulte : consultez donc rapidement un pédiatre en cas d’angine, de fièvre dépassant 38,5°C, de langue se couvrant d’un enduit blanc puis virant au rouge framboise et d’éruption cutanée débutant au niveau des plis de flexion. Mais rendez-vous plutôt aux urgences en cas de :

  • fièvre atteignant 40°C ;
  • vomissements et/ou diarrhée importante ;
  • somnolence ;
  • pleurs incontrôlables ;
  • raideur de la nuque car cette dernière peut indiquer que la scarlatine a évolué en méningite ;
  • difficultés à respirer ;
  • signes de déshydratation (ex. : peau sèche, urine faible).

Quel est le traitement de la scarlatine ?

Pour soulager les symptômes de la scarlatine du bébé et de l’adulte, le médecin peut prescrire divers médicaments dont du paracétamol pour faire baisser la fièvre. En complément, des antibiotiques spécifiques sont également prescrits pour éradiquer le streptocoque. En temps normal, l’antibiothérapie se déroule sur 6 jours mais sa durée peut varier selon les cas : respectez soigneusement la prescription de votre médecin ! Bon à savoir : en dépit de nombreux efforts, il n’a jamais été possible de créer un vaccin efficace contre la scarlatine. Seule la prise d’antibiotiques et des mesures anti-contagion, comme se tenir éloigné(e) des personnes contaminées, se laver fréquemment les mains et nettoyer soigneusement les objets potentiellement souillés par exemple, permettent d’enrayer les épidémies.