Par Paul Rudelle, Pharmacien

L’apnée du sommeil se traduit par des arrêts involontaires de la respiration, se produisant durant le sommeil. Ces pauses répétitives durent environ une quinzaine de secondes mais peuvent fortement impacter la vie journalière du malade. Cette maladie est dangereuse car méconnue même si elle concerne environ 7% de la population adulte française.

Comprendre et soigner son apnée

Comment la détecter ?

En règle générale, les personnes qui souffrent d’apnée du sommeil ne sont pas conscientesdes « pauses » respiratoires qu’elles font dans la nuit et donc inconscientes de leur maladie. Pourtant, l’apnée du sommeil oblige le cerveau à se réveiller pour retrouver une respiration normale, c’est pourquoi les personnes atteintes sont souvent très fatiguées au réveil.

Les symptômes qui peuvent évoquer qu’une personne est atteinte d’apnées du sommeil sont donc liés à ce repos incomplet ou de mauvaise qualité :

  • Une fatigue importante dès le réveil et tout au long de la journée
  • Une somnolence et des endormissements non contrôlés
  • Des maux de têtes au réveil
  • Une difficulté à se concentrer, des troubles de la mémoire
  • Une irritabilité, un sentiment dépressif

La détection a le plus souvent lieu par le conjoint ou la conjointe durant le sommeil qui note des pauses respiratoires plus ou moins longues se manifestant par l’arrêt de la respiration ou des ronflements pendant quelques secondes.

Pendant la nuit, ces ronflements sont souvent observés lors des apnées obstructives. Cependant, le ronflement n’est pas un signe spécifique de l’apnée du sommeil. En revanche, il arrive que la personne atteinte ait l’impression de s’étouffer, de suffoquer pendant la nuit. Il faut alors consulter un médecin !

La grande majorité des apnées du sommeil sont causées par un relâchement de certains groupes musculaires de la sphère ORL. Une baisse de la tonicité des muscles de la langue et de la gorge vont venir bloquerpartiellement les voies aériennes, causant une respiration difficile pour le sujet car le passage de l’air est obstrué. Cette apnée du sommeil est qualifiée de syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS).

De façon plus rare, les apnées du sommeil peuvent être liées à un trouble neurologique. Le cerveau présente alors un dysfonctionnement et cesse de transmettre des signaux de contraction aux muscles impliqués dans la respiration. Contrairement au SAOS, on parlera ici d’apnée du sommeil centrale.

Ces deux catégories d’apnées du sommeil ne sont pas totalement exclusives car il arrive souvent que les personnes présentent une apnée du sommeilmixte, c’est-à-dire obstructive et centrale.

A long terme, si l’apnée du sommeil n’est pas prise en charge correctement, elle peut entraîner de graves conséquences sur la santé du patient.

Il a été prouvé que l’apnée du sommeil augmentait le risque de développer par la suite des maladies cardiovasculaires comme l’hypertension, des infarctus, insuffisance cardiaque, AVC …
La fatigue intense provoquée par l’apnée du sommeil peut être un facteur de stress important et induire un état dépressif avancé chez la personne atteinte.
Le risque le plus important induit par l’apnée du sommeil est celui de s’asphyxier pendant son sommeil.

Si, à ce jour, les traitements médicamenteux ne se sont pas révélés très efficaces contre l’apnée du sommeil, la maladie peut être combattue par un traitement mécanique.

Il s’agit du traitement par ventilation à pression positive continue (PPC), un appareil insuffle l’air en continu par le nez du malade grâce à un masque spécifique qu’il faudra porter pendant la nuit. La pression de l’air insufflé permet de maintenir les voies respiratoires parfaitement dégagées pour que la respiration puisse se faire sans encombre. Il s’agit du traitement le plus efficace, il peut paraître inconfortable mais il permet de faire disparaître assez rapidement les symptômes et d’avoir un réel impact positif sur la qualité de vie du patient.

Pour les personnes qui tolèrent mal l’appareil de PPC, il existe des orthèses d’avancée mandibulaire (OAM), fabriqués sur mesure et s’apparentant à un dispositif de gouttière. Cet appareil dentaire permet un avancement précis et progressif de la mandibule, dégageant ainsi les voies aériennes, jusqu’à ce qu’une position de confort diminuant les apnées soit obtenue. Cet appareil est conseillé pour les personnes  souffrant d’apnées légères à modérées. C’est un dispositif plus léger et moins contraignant mais reste cependant moins efficace que la ventilation PPC.

Les conseils du pharmacien

Il existe certaines mesures pour la prévenir et l’éviter :

Il est conseillé pour des raisons anatomiques de dormir sur le côté afin d’élargir au maximum les voies respiratoires. Surélever légèrement la tête du lit peut aussi permettre d’éviter les apnées.

Le surpoids favorise le développement de l’apnée du sommeil à cause de la graisse faisant pression sur les voies aériennes. Le tabagisme aggrave également les apnées car il provoque l’inflammation des voies respiratoires.

Le patient étant très souvent inconscient des épisodes apnéiques, c’est au conjoint d’être à l’affût des symptômes évoqués plus haut afin d’inciter la personne malade à consulter un médecin au plus vite !

consultation-medecin-en-ligne-hellocare