Loin du dictat des régimes traditionnels, culpabilisants, restrictifs ou simplement inefficaces, l’alimentation intuitive propose de ne pas faire de régime. Tout court. Avant tout d’écouter son corps pour retrouver un poids idéal et se sentir bien dans sa peau. Voici 5 points clés pour comprendre cette approche et pourquoi pas, se lancer !

L'alimentation intuitive

Qu’est ce que l’alimentation intuitive ?

Une approche positive de la nutrition

L’alimentation intuitive est une approche positive de la nutrition, développée par deux diététiciennes américaines dans les années 90. A la lumière de données scientifiques, ces femmes ont mis sur pied une façon de s’alimenter intelligente qui prend en compte sensation de faim et sensation de satiété pour se réguler naturellement. En somme, une alimentation qui demande d’être à l’écoute de son corps et de suivre son intuition. Car si chacun d’entre nous a cette intuition au fond de lui, il l’a certainement perdue dans la société actuelle. Mais peut la retrouver en suivant les grands principes de l’alimentation intuitive.

Les dix principes de l’alimentation intuitive

« Manger ce qu’on veut, quand on veut… ou presque », tel est l’adage de cette méthode, qui pose 10 principes de base que voici:

– fuir la mentalité des régimes
– satisfaire sa faim
– ne pas s’interdire d’aliment spécifique
– ne pas considérer certains aliments comme mauvais
– être attentif à sa satiété
– prendre plaisir à manger
– respecter son corps
– honorer sa santé
– bouger pour se faire du bien (pas pour maigrir)
– être attentif à ses émotions et ne pas compenser par la nourriture

Les bienfaits de l’alimentation intuitive

Pour commencer, l’alimentation intuitive est décomplexante puisqu’elle n’entretient pas un rapport de privation ou de frustration vis-à-vis de la nourriture. A l’inverse, elle réinstaure une relation d’harmonie entre notre alimentation et notre corps. Ensuite, elle change notre rapport à notre physique. On ne va pas mincir d’un coup, il peut même arriver qu’on prenne un ou deux kilos le temps d’intégrer cette nouvelle façon de s’alimenter et de l’ajuster. Mais sur la longueur, on se reprogramme : on apprend à manger pour se sentir bien, ni trop, ni pas assez. Et on se dirige naturellement vers les aliments dont notre organisme a besoin. Résultat : on est plus léger, plus dynamique, et on a le moral !

Pratiquer l’alimentation intuitive

Les pièges à éviter

L’approche intuitive ne signifie pas manger tout et n’importe quoi n’importe quand. C’est là qu’intervient le « ou presque » dans l’adage cité précédemment. Manger de façon intuitive c’est respecter sa santé et son corps. Ce n’est donc pas se nourrir tous les jours au fast food ou se gaver de sucre de façon compulsive. Pour ensuite se sentir lourd et déprimer. Par conséquent, il faut bannir l’alimentation émotionnelle, c’est à dire faire l’effort de ne pas manger uniquement par besoin de réconfort, par anxiété ou par ennui… En revanche, il ne s’agit pas de pas supprimer ce qui nous fait plaisir : une bonne glace, une pizza ou un burger ne sont pas proscrits de temps en temps. Il s’agit de se réguler. C’est le corps qui doit parler, non les émotions. Et en général, il sait ce qu’il lui faut pour bien fonctionner …

Comment pratiquer l’alimentation intuitive

Pour commencer, il faut mettre sa balance au placard, car l’idée de l’alimentation intuitive n’est pas de compter les calories et de se mettre la pression. Ensuite, il faut être attentif à ce qui se passe dans son corps : différencier la faim réelle et l’envie de manger, savoir quand on est à satiété ou qu’on continue à manger par gourmandise ou boulimie. Pour y arriver plus facilement, il est primordial de manger lentement et de bien mâcher pour envoyer le bon message à notre cerveau. Enfin il faut aussi oublier les tendances alimentaires à la mode ou les éternels 3 repas par jour : chacun est unique et a des besoins différents. L’aide d’un nutritionniste pourra s’avérer utile au début.

consultation-medecin-en-ligne-hellocare