Classiquement, la scoliose apparaît durant l’enfance ou l’adolescence, avec une nette « préférence » pour les filles : elles représentent près de 80% des cas. Bien que la scoliose soit assez répandue, ses mécanismes exacts sont encore mal connus. En revanche, il existe déjà des traitements efficaces pour l’empêcher de s’aggraver…

scoliose

Scoliose : définition

La scoliose désigne une déviation permanente de la colonne vertébrale dans les 3 plans de l’espace. À savoir : le plan frontal, le plan horizontal et le plan sagittal. Pour simplifier, on parle souvent de déformation de la colonne vertébrale en 3 dimensions. Plus concrètement, la scoliose associe une :

  • inclinaison du rachis (autre nom de la colonne vertébrale) ;
  • rotation des vertèbres ;
  • inversion des courbures de la colonne.

La scoliose se distingue ainsi de la simple attitude scoliotique, sans déviation ni rotation des vertèbres. Techniquement, on commence seulement à parler de scoliose lorsque l’angle de Cobb (la mesure de référence pour cette déformation) dépasse les 10°. Entre 10° et 15°, la scoliose est dite bénigne. Entre 15 et 35°, on parle de scoliose moyenne puis de scoliose sévère au-dessus de 35°.
Bien souvent, la scoliose reste sans gravité mais une déformation importante peut comprimer fortement la cage thoracique, entraînant l’apparition de troubles respiratoires et cardiaques. C’est surtout pour éviter ce type de complications que l’évolution des scolioses doit être surveillée avec attention.

Quels sont les symptômes de scoliose

A ses débuts, une scoliose n’entraîne généralement ni douleur, ni raideur dorsale. Mais vous pouvez repérer des anomalies en observant la colonne vertébrale de votre enfant. Si une bosse (gibosité) se forme d’un côté de son dos lorsqu’il se penche en avant, consultez un pédiatre. Une mauvaise posture et une épaule ou une hanche plus basse que l’autrepeuvent aussi être des signes de scoliose. Dans les formes plus évoluées, la déformation est très visible. Elle entraîne de la fatigue, un mal de doset un enraidissement, surtout après avoir passé plusieurs heures debout ou assis. Enfin, des troubles respiratoires (ex. : essoufflement rapide) peuvent se manifester en cas de complication.

Quelles sont les causes de scoliose

Dans environ 80% des cas, aucune cause n’est identifiée : on parle de scoliose idiopathique. Des scientifiques soupçonnent un dysfonctionnement des systèmes cérébraux impliqués dans l’équilibre en station debout mais cela reste à démontrer. Ce qui est sûr en revanche, c’est que les animaux marchant à 4 pattes ne développent jamais de scoliose : cette dernière est donc liée à la station verticale d’une manière ou d’une autre… Il existe aussi des cas plus rares de scoliose secondaire. Ils peuvent être provoqués par une malformation présente dès la naissance (malformation congénitale) ou par certaines maladies osseuses ou neuromusculaires, du type myopathie par exemple.

Des conseils pour traiter et diagnostiquer rapidement la scoliose

Un dépistage rapide pour prévenir les complications

Il n’y a pas vraiment de manière de prévenir la scoliose en elle-même, ses causes étant soient « inévitables » soient « non identifiées ». En revanche, un dépistage précoce et un bon suivi médical peuvent prévenir ses complications ! Il est donc recommandé de faire examiner régulièrement votre enfant durant toute sa croissance. Même en cas de déformation légère, la surveillance doit être accrue au début de l’adolescence : la scoliose peut facilement s’aggraver durant cette phase de croissance rapide.

Les traitements de la scoliose

Une simple surveillance suffit souvent pour les scolioses idiopathiques légères. Mais le port d’un corset est généralement nécessaire pour les scolioses moyennes. Ce n’est pas très agréable car le corset n’est enlevé que pour la douche ou le bain mais cela permet habituellement de prévenir les complications. Un traitement chirurgical est aussi envisageable chez l’adulte diagnostiqué tardivement ou chez l’enfant atteint d’une scoliose sévère. À noter que l’opération est plus lourde et difficile pour un adulte, bien qu’elle puisse apporter un vrai soulagement… Enfin, en cas de scoliose secondaire, il faut aussi traiter la malformation congénitale ou la maladie en cause, dans la mesure du possible.

Que faire d’autre contre la scoliose ?

En complément de la surveillance médicale ou du traitement de la scoliose, la pratique régulière d’une activité physique est recommandée. La natation fait partie des sports les plus indiqués, pour l’extension de la colonne vertébrale. Des séances de kinésithérapie peuvent aussi être utiles pour entretenir les muscles : n’hésitez pas à en parler à votre médecin. À noter : contrairement à une idée reçue, porter un cartable trop lourd ne provoque pas la scoliose. Mais cela peut entraîner d’autres problèmes… Dans l’idéal, le cartable ne devrait pas dépasser 10% du poids de votre enfant.

consultation-medecin-en-ligne-hellocare