Hellocare > Magazine > Quel Médecin consulter ? > Psychiatre : La psychiatrie comme médecine du mal-être

Psychiatre :

La psychiatrie comme médecine du mal-être

Petit chagrin, problème familial, baisse de moral ou profonde dépression…nombreuses sont les raisons qui vont vous pousser à demander de l’aide à un psychologue ou un psychiatre, pour vous ou vos proches. Ne pas rester seul avec son mal-être est primordial pour éviter qu’une situation ne dégénère.

En savoir plus

Dois-je consulter un psychologue ou un psychiatre ?

Le psychiatre est un médecin spécialiste qui diagnostique et traite les troubles psychiques, désordres émotionnels et maladies mentales. Psychologues et psychiatre sont les deux seuls titres reconnus par un diplôme d’Etat. Ce sont des professionnels habilités à prendre en charge les personnes en souffrance psychologique.

Choisir de consulter l’un ou l’autre est un choix personnel. Mais quand les difficultés se font sévères, il est préférable de consulter un médecin dans un premier temps qui pourra éventuellement vous aiguiller vers un psychiatre ou un psychologue. Une des limites de prise en charge psychologique, c’est le recours à la prescription car les psychologues, contrairement aux psychiatres, ne peuvent pas prescrire de médicaments. Vous pourrez donc être amené à combiner une prescription de médicaments par votre médecin, avec un suivi chez un psychologue ou un psychiatre.

Sachez reconnaître les situations qui doivent vous amener à demander de l’aide. Rappelez vous que la psychiatrie n’est pas “une spécialité pour les fous” mais qu’elle concerne beaucoup de patients. Il est souvent très aidant de faire appel à une personne extérieure, même temporairement, pour débloquer une situation qui vous paralyse et éviter qu’une dépression ne s’installe.

Quand faut-il consulter?

“Voir un psy moi ? Jamais !” c’est souvent ce que l’on se dit quand tout va bien, ou que l’on préfère gérer soi-même ses difficultés personnelles. Cela dit parfois, nos émotions nous dépassent et même si “cela n’est pas si grave”, l’appel à un professionnel peut nous permettre d’avancer. Ce n’est pas tant la dureté de l’épreuve que l’on traverse qui détermine si l’on doit consulter ou non, mais plutôt le ressenti qui en découle. Le travail d’un psy peut aussi être de l’ordre du conseil, de la guidance parentale ou éducative pour les enfants, et parfois quelques séances suffiront !

Les symptômes suivant doivent vous alerter en faveur d’une démarche thérapeuthique :
  • Tristesse, perte de plaisir dans les activités, pessimisme
  • Angoisse, anxiété
  • Troubles du sommeil
  • Troubles obsessionnels compulsifs (TOC)
  • Troubles alimentaire (TCA) : anorexie, boulimie, hyperphagie
  • Fatigue chronique, neurasthénie
  • Traumatisme : accident, violence, viol, deuil
  • Phobies
  • Addictions
  • Troubles relationnels, conflits familiaux parent/enfant
  • Sentiment d’être bloqué dans sa vie
  • Mauvaise estime de soi
Les pathologies psychiatriques

Le psychologue comme le psychiatre sont à même de prendre en charge les troubles suivants:

  • Angoisse, anxiété
  • Dépression mineure
  • Addictions
  • Phobies
  • Travail de deuil
  • Troubles sexuels : inhibition de la libido, impuissance, frigidité
  • Troubles relationnels
  • Troubles du sommeil
  • Troubles alimentaires (TCA)
  • Troubles obsessionnels compulsifs (TOC)

En revanche, il faudra plutôt consulter un psychiatre pour les pathologies suivantes, car elles peuvent nécessiter une prise en charge médicamenteuse et un suivi clinique précis avec hospitalisation:

  • Dépression majeure
  • Conduite avec risque suicidaire
  • Autisme de l’enfant
  • Trouble paranoïaque
  • Trouble maniaque
  • Trouble bipolaire
  • Schizophrénie
  • Délires chroniques, hallucinations
  • Trouble histrionique, narcissique
  • Paraphilies : exhibitionnisme, pédophilie, sado-masochisme…

Psychiatre, psychologue, psychothérapeuthe…quelles différences ?

C’est un médecin qui a suivi le cursus traditionnel de médecine et s’est par la suite spécialisé en psychiatrie (internat de 4 ans dont un an minimum en pédopsychiatrie). Il a donc étudié les différentes approches thérapeutiques, psychothérapies analytiques, thérapies cognitives et comportementales et la prescription délicate et complexe des médicaments psychotropes, notamment antidépresseurs et anxiolytiques. Il propose des entretiens thérapiques avec suivi régulier permettant d’évaluer la progression du patient dans ses difficultés. C’est le seul autorisé à prescrire des médicaments lorsque cela s’avère nécessaire.

Celui que l’on consulte pour des problèmes psychologiques est un psychologue clinicien. C’est un psychologue qui a obtenu une licence et une maîtrise de psychologie. Les futurs thérapeutes doivent valider un DESS de psychopathologie clinique ou un DEA (Diplôme d’Etude Approfondie). Le psychologue clinicien propose des entretiens à visée thérapique (psychothérapie de soutien, psychanalyse, thérapie cognitive et comportementale, certains tests d’intelligence ou de développement, neuropsychologique. En fonction de leur formation et du contexte, certains proposent des thérapies de couple ou des thérapies familiales.

C’est un titre qui n’est pas protégé ni reconnu en France à ce jour. Il signifie que le professionnel propose des psychothérapies. Si vous souhaitez entreprendre une thérapie, il est donc raisonnable de vous diriger vers un psychologue ou un psychiatre, même s’il est par ailleurs psychothérapeute.

C’est un pratiquant qui utilise comme technique la psychanalyse issue des études de Sigmund Freud. Cela peut donc être un psychologue ou psychiatre qui a bénéficié d’une psychanalyse et a été formée à cette pratique.

Le terme de “sexologue” n’est pas réglementé mais il existe de nombreuses formations sérieuses pour les médecins ou les psychologues. Un médecin sexologue est un praticien spécialiste des troubles de la sexualité, du désir, de la libido. il peut aider les personnes qui n’ont pas une sexualité épanouie et les aider à retrouver le désir sexuel et le plaisir. Par son accompagnement, il peut résoudre certains problèmes dans la sexualité d’un couple.

À savoir : Hypnothérapeuthe, sophrologue, relaxologue, réflexologue, psychopraticien, coach… sont des titres qui ne réfèrent pas à un diplôme d’Etat. Sur ce terrain il convient donc d’être vigilant car le développement personnel est en plein boom et nombreuses sont les personnes qui, moyennant finance, vous assurent un mieux être et une harmonie retrouvée. En ne consultant qu’un psychologue ou un psychiatre, vous limitez les risques de vous exposer à une thérapie parfois douteuse.

La consultation en psychiatrie

Ce professionnel de santé intervient dans les cadre d’un parcours de soins coordonnés par son médecin traitant
mais est en accès direct pour les jeunes de 16 à 25 ans

(voir le pass santé jeunes)

Comment se déroule une séance, que vais-je dire ?

La première rencontre avec un psychiatre ou psychologue est importante pour installer les bases d’une relation de confiance mutuelle. Exprimez-vous sur vos difficultés avec la plus grande franchise, cela permettra au praticien d’évaluer votre problème et comment il pourra vous aider. Même si vous vous sentez angoissé par ce premier contact, il est très important que vous preniez le temps de vous informer. N’hésitez pas à discuter du type de thérapie qu’il compte utiliser et de comment vont se dérouler les entrevues. Vous pouvez choisir la position de discussion dans laquelle vous serez à l’aise, assis ou allongé, de la durée des séances, de vos contraintes.
Après diagnostic, la seconde phase consiste à traiter. Il ne s’agit pas uniquement pour vous de “raconter votre vie”, il existe différentes méthodes thérapeutiques comme l’analyse, les thérapies cognitives et comportementales (TCC), l’hypnose, l’EMDR, la pleine conscience… les thérapies sont très nombreuses et variées dans leur déroulement, celle choisie doit être adaptée à vos symptômes.
En fonction de la méthode, les consultations peuvent durer de 30 minutes à une heure, à une fréquence en général hebdomadaire. La durée du suivi et la fréquence de consultation dépendra de votre évolution et de vos progrès, vous n’en prendrez pas forcément pour 10 ans!
S’il le juge nécessaire, le psychiatre pourra également être amené à vous prescrire des médicaments psychotropes comme des antidépresseurs, des anxiolytiques, des neuroleptiques. N’hésitez pas à le questionner sur leur mode d’action et les éventuels effets secondaires. Une prise de médicaments psychotropes doit systématiquement être accompagnée d’un suivi psychologique, même si vous estimez aller mieux.

Le remboursement des soins

Le psychiatre est un médecin spécialiste dont les consultations, en général autour de 50€, sont remboursées par l’assurance maladie la base des tarifs de convention. Il est en accès direct pour les 16-25 ans, sinon il vous faudra consulter en premier lieu votre médecin traitant.
Il n’est pas indispensable de présenter une prescription médicale pour consulter un psychologue, qui est un thérapeute libéral. En revanche les séances, dont les montants peuvent varier de 40 à 75€, ne sont pas remboursées étant donné que ses prestations sont classées hors nomenclature sécurité sociale. Certaines mutuelles peuvent cependant prendre en charge quelques consultations par an, renseignez vous !

À quel moment faut-il s’inquiéter pour soi ou un proche ?

Les situations suivantes doivent amener à contacter les urgences psychiatriques ou appeler le 15 :

  • Quand on redoute un passage à l’acte suicidaire chez quelqu’un
  • Quand quelqu’un a consommé des toxiques et qu’il se met en danger ou qu’il est un danger pour les autres
  • Un trouble délirant aigu mettant en danger le patient ou les autres