Hellocare > Magazine > Bien-être et Sport > Sport : la solution miracle pour être en pleine santé ?

Sport : la solution miracle pour être en pleine santé ?

Les effets du sport sur notre santé physique sont bien connus : faire une activité physique régulière diminue le risque de développer de nombreuses maladies et nous permet de vivre plus longtemps. Mais saviez-vous que le sport pouvait également avoir des effets thérapeutiques ? Avoir de réels impacts sur notre santé mentale ?

En savoir plus

Par Marion Videau – le 20 Mai 2017

Le Sport et ses multiples effets

Fini la dépression !

De nombreuses études scientifiques ont démontré que l’exercice physique, s’il est régulier, est un traitement efficace contre la dépression légère à modérée.

Pour de nombreux patients, ce serait même un traitement plus puissant et plus sain que la médication. Le sport fourni de l’énergie et un objectif à atteindre, il participe à réguler l’appétit, le sommeil et détournes des pensées négatives.

Le sport améliore donc l’estime de soi.

De plus, pratiquer un sport en groupe permet de créer de nouveaux liens sociaux et renouer avec les autres.

Comment ? Le sport permet de disperser davantage le sang, l’oxygène, les hormones et les neuromédiateurs (molécules messagères à destination du cerveau) dans l’organisme. On a donc un meilleur câblage du cerveau. Il active également le système immunitaire et stimule la synthèse de nouveaux neurones. Ainsi, le corps devient plus performant dans la lutte contre les tensions physiques et mentales.

L’anxiété c’est du passé

Le sport libère des molécules qui changent notre climat mental. Il renforce notre envie de progresser et a un effet apaisant sur l’anxiété.

Les personnes qui ont des attaques de paniques interprètent souvent les signaux de leur corps comme une menace vitale. Faire du sport permet de leur fournir des repères plus clairs et moins anxiogènes.

Le sport peut être un instrument de socialisation pour les personnes souffrantes d’anxiété sociale. Un sport d’équipe donne sa place à chacun et habitue le sujet à faire partie d’un collectif et à apprivoiser ses sentiments d’angoisse quand il se trouve en public.
Pour ceux qui appréhende l’échec, le sport permet d’intégrer l’erreur dans l’apprentissage, non seulement au quotidien mais dans les événements qui déterminent la progression, comme les compétitions.

LE SPORT, QUELS EFFETS SUR MON CERVEAU ?
  • Sentiment de bien-être qui favorise un état de relâchement. Il y a libération d’hormones et de neurotransmetteurs comme la dopamine qui a un rôle essentiel dans le système de récompense (ce qui explique pourquoi bouger donne envie de bouger davantage) et la sérotonine qui elle régule nos émotions, elle a la même action que de nombreux antidépresseurs.
  • Renforce les effets biochimiques des médicaments
  • Réduction du stress : le niveau de cortisol associé au stress chute.
  • Neurogenèse : il stimule la formation de nouvelles cellules nerveuses dans l’hippocampe, centre des souvenirs.
  • Améliore l’attention et les fonctions exécutives notamment le contrôle de l’impulsivité et la capacité de planification
  • Améliore la mémoire
Et pourquoi ne pas commencer par la danse ?

Danser diminue et retarde l’apparition de maladies neurodégénératives et peut même, dans certains cas, améliorer la situation de personnes atteintes. Danser a donc un effet protecteur contre le vieillissement cérébral.

Chez les personnes atteintes d’Alzheimer ou de Parkinson, la danse améliore leur sentiment de bien-être, leur qualité de vie et leursanté.

  • Les danses sociales comme le tango nécessitent des prises de décision rapides, ce qui oblige le cerveau à reconfigurer en permanence ses circuits neuronaux, lui conférant une plus grande réserve cognitive.
  • On a un renforcement de l’empathie, de la coopération et de la concentration.

Des études menées sur des personnes atteintes de Parkinson ont également montré que la pratique du tango permettait d’éliminer la raideur des mouvements et d’en atténuer la douleur. Ceci s’accompagnait d’une diminution du niveau de fatigue générale et d’une augmentation de la tendance à participer à des activités seul ou en groupe.

Le sport sur ordonnance !

C’est officiel depuis mars 2017. Les personnes atteintes d’une affection de longue durée (ALD) pourront se voir prescrire une activité physique adaptée par leur médecin traitant.

Il existe une liste des « ALD 30 » établie par décret pour les reconnaître : cancer, diabète, Parkinson, Alzheimer, mucoviscidose, …

C’est une avancée dans un pays qui figure parmi les plus gros consommateurs de médicaments en Europe. Les traitements longs et coûteux seraient ainsi réduits grâce à l’utilisation du sport comme outil préventif.

Mais le sport sur ordonnance est loin d’avoir fini de se structurer :

  • Pour le moment la sécurité sociale ne remboursera pas ce traitement
  • Il faudra former les médecins à cette nouvelle pratique
  • Il faudra former les professionnels de santé à l’animation d’activités sportives

Les conseils du médecin

Il existe une variabilité de sport telle qu’on peut trouver une activité dans laquelle on se fait plaisir.
Les effets à long terme résultent d’une activité physique régulière !

FACILE DE FAIRE DU SPORT !

  1. Identifiez ce qui vous motive : si vous êtes un compétiteur dans l’âme, inscrivez-vous dans un club d’amateurs ; si vous êtes un être social, rejoignez un cours collectif ; si vous êtes passionné de nature, allez marcher en forêt ou en montagne
  2. Faites un sport que vous aimez
  3. Fixez-vous des objectifs motivants, mais réalistes
  4. Prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur
  5. Trouver quelqu’un avec qui partager ces activités sportives
  6. Depuis chez vous, de nombreuses vidéos en ligne vous permettent de faire du sport, gratuitement