Par le Léa Magiore, Médecin Généraliste

Il est présent partout : dans les plats industriels, viandes panées, chips, fast-food et autres. Sans nous demander notre avis, nous mangeons bien trop salé. Là où on ne l’attend pas, les risques sur les excès de sel existent bel et bien !
Mais alors pourquoi avons-nous commencé à en consommer ? Est-on accro au sel ? Combien de gramme en faut-il vraiment par jour ? Quels sont les réels effets d’une consommation excessive de sel ?

Sel sur table

Rangez-moi ce sel ! (oups, il y en a déjà…)

Le sel : tous accro ?

L’appétence pour le sel est quelque chose d’acquis. Ce n’est pas un goût inné comme le goût sucré (voir notre article sur l’apprentissage du goût) qui se manifeste chez le jeune enfant quand il nait. Cela s’acquiert lors de l’alimentation. L’espèce humaine est la seule espèce de mammifère qui consomme des aliments avec du sel ajouté. Tous les aliments qu’on trouve dans la nature (viande poisson, oeufs, légumes…) contiennent naturellement du sel. Si l’on fait la somme du sel consommé de façon naturelle à travers les aliments au cours d’une journée, notre consommation s’élève à peu près à 1,5 à 2 g par jour. C’est le cas notamment des populations de chasseurs-cueilleurs actuels ainsi que de tous les autres mammifères et de l’espèce humaine de façon générale, jusqu’il y a 10 000 ans.

Alors, pourquoi en consomme-t-on plus ?

Le sel a été le premier mode de conservation des viandes, poissons, fromages et légumes grâce à ces propriétés bactéricides (Dans la saumure). Cependant des résidus de sel contenu dans les aliments persistaient lors de leur consommation. Le sel a ensuite été introduit dans les recettes pour des raisons gustatives. Il a également été introduit dans le pain pour le processus de panification, la couleur de la croûte et pour sa conservation.

Historiquement il a aussi été un moyen d’échange : une monnaie ou un impôt. Cela se constate aujourd’hui en Chine et en Europe grâce à l’étymologie commune des mots « sel » et « salaire ». En latin salarium, somme donnée aux soldats pour l’achat du sel.

Aujourd’hui, le sel est retrouvé dans tous les plats industriels et produits transformés car il augmente la sapidité d’un plat. En d’autres mots, notre perception du goût.

La consommation des français

Nous mangeons beaucoup trop salé ! 80% des Français sont au-dessus du seuil de l’OMS déclare Pierre Meneton, chercheur à l’INSERM et auteur du livre “ Le sel: un tueur caché”.

Entre 1990 et 2000, la consommation moyenne de sel des Français a largement augmenté. Depuis, elle est stable puisque les hommes consomment 8,7 grammes de sel par jour en moyenne et les femmes et les enfants 6,7 grammes. Ou, 10 à 12 grammes pour quelqu’un mangeant quotidiennement des plats industriels.  Le PNNS (programme national nutrition santé) a pour objectif une consommation moyenne de 8 grammes de sel par jour pour les hommes et 6,5 grammes pour les femmes et les enfants. A terme, les pouvoirs publics visent les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, soit 5 grammes par jour.

En effet, les méfaits du sel sur la santé sont connus depuis la fin du XIXème siècle. Des médecins allemands avaient alors repéré qu’une consommation excessive de sel entraînait des dégâts sur la santé. Cela fait particulièrement augmenter la pression artérielle régulée par les reins, qui s’abîment lorsque la pression tension artérielle est trop élevée.

Des décès inévitables

De ce fait, dans tous les pays “développés”, les autorités ont demandé à l’industrie agro-alimentaire de réduire progressivement les apports en sel. Mais pourquoi les industriels en rajoutent-ils toujours autant ?

« Parce qu’au-delà de son goût, le sel possède des propriétés technologiques intéressantes pour les industriels. Le sel permet de rehausser les saveurs sucrées tout en inhibant les goûts amers”, explique Pierre Meneton dans la revue Lanutrition.fr, chercheur à l’Inserm. “C’est pour cela qu’on le retrouve dans les pâtisseries, les viennoiseries, les glaces, le chocolat et la plupart des produits sucrés. Le sel est un « cache-misère », il permet de donner du goût à peu de frais à des produits de qualité médiocres. »

Mais pas de panique, les effets négatifs sur la santé sont réversibles ! Les auteurs d’une étude anglosaxone (1) estiment qu’en diminuant de 5 grammes par jour notre consommation de sel (l’équivalent d’une cuillère à café), on pourrait éviter 1,25 millions de décès par infarctus et presque 3 millions de morts par maladies cardiovasculaires dans le monde.
En France, les dernières recommandations datent de 2002. Le hic est qu’elles sont basées sur le bon vouloir des industriels, ce qui est nettement insuffisant.

Les fabricants ne sont d’autant plus pas obligé de certifier la quantité de sel mais la quantité de sodium sur leurs étiquettes. De quoi perdre le consommateur ! Pour mémoire, 1g de sodium vaut à peu près 2,5 grammes de sel.

Et pourtant, nous avons besoin du sel !

C’est ce qui a poussé au XIXème siècle les autorités à ajouter de l’iode dans le sel de table classique. En effet, l’absence d’aliments iodé peut perturber le bon fonctionnement de la thyroïde des femmes enceintes et ainsi créer des déficients intellectuels chez leur petit (alors appelés, crétins des Alpes). Mais, ni le sel de mer, ni les aliments industriels n’en contiennent donc mieux vaut consommer des produits marins sans bannir le sel de table classique.

Sources :

1 : Njeri Karanja, Acceptability of Sodium-Reduced Research Diets, Including the Dietary Approaches to Stop Hypertension Diet, among Adults with Prehypertension and Stage 1 Hypertension. Journal of the American Dietetic Association Volume 107, Issue 9 September 2007 pages 1530-1538

consultation-medecin-en-ligne-hellocare

[vc_row row_type= »parallax » content_width= »grid » content_aligment= »center » full_screen_section_height= »no » parallax_background_image= »17984″ center_bck_image= »yes » css= ».vc_custom_1499342100292{padding-top: 10% !important;padding-bottom: 8% !important;} »][vc_column offset= »vc_col-lg-offset-0″ css= ».vc_custom_1494427620587{padding-right: 7% !important;padding-left: 7% !important;} »][vc_column_text]

Sel : Beaucoup trop dans notre assiette pour nos artères !

Présent partout dans les plats industriels, viandes panées, chips, les fast-food sans nous demander notre avis, nous mangeons bien trop salé. Là où on ne l’attend pas, les risques sur les excès de sel sont pourtant bien connus….
Mais alors pourquoi avons-nous commencé à en consommer ? Est-on accro au sel ? Combien de gramme en faut-il vraiment par jour ? Quels sont les réel effets d’une consommation excessive de sel ?

[/vc_column_text][vc_empty_space height= »31px »][eltd_button size= » » type= »solid » target= »_blank » icon_pack= » » font_weight= »600″ text= »En savoir plus » link= »#1″ hover_color= »#ffffff » hover_background_color= »#333333″ hover_border_color= »#333333″][/vc_column][/vc_row][vc_row content_width= »grid » content_aligment= »center » center_bck_image= »no » css= ».vc_custom_1488445757638{padding-top: 10px !important;padding-bottom: 10px !important;} »][vc_column width= »5/6″ css= ».vc_custom_1494427745119{padding-top: 30px !important;padding-right: 11% !important;padding-bottom: 10px !important;padding-left: 11% !important;} » offset= »vc_col-lg-offset-1″][vc_facebook][vc_column_text]

Par Dr Léa Maggiore – le 6 Juillet 2017

[/vc_column_text][eltd_separator type= »full-width » color= »#edecec » border_style= »solid » thickness= »1″][/vc_column][/vc_row][vc_row content_width= »grid » anchor= »1″ content_aligment= »center » center_bck_image= »no »][vc_column][vc_column_text]

Rangez-moi ce sel ! (Oups, il y est déjà…)

[/vc_column_text][vc_empty_space height= »10px »][/vc_column][/vc_row][vc_row center_bck_image= »no »][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

Le sel : tous accro ?

L’appétence pour le sel est quelque chose d’acquis. Ce n’est pas un goût inné comme le goût sucré ( cf article sur le goût) qui se manifeste chez le jeune enfant quand il né. Cela s’acquiert à la suite de l’alimentation. L’espèce humaine est la seule espèce de mammifère qui consomme des aliments avec du sel ajouté. Tous les aliments qu’on trouve dans la nature, (viande poisson, oeufs, légumes…) contiennent naturellement du sel. Si on fait la somme du sel consommé de façon naturel à travers les aliments au cours d’une journée, notre consommation de sel s’élève à peu près à 1,5 à 2 g de sel par jour. C’est le cas des populations de chasseurs-cueilleurs actuels, de tous les autres mammifères, et de l’espèce humaine de façon générale jusqu’il y a 10 000 ans.

Alors pourquoi en consomme-t-on plus ?

Le sel a été le premier mode de conservation des viandes, poissons, fromages et légumes grâce à ces propriétés bactéricides (Dans la saumure). Cependant des résidus de sel contenu dans les aliments persistaient lors de leur consommation. Le sel à ensuite été introduit dans les recettes pour des raisons gustatives. Il a aussi été introduit dans le pain pour le processus de panification, la couleur de la croûte et pour sa conservation.

Historiquement il a aussi été un moyen d’échange, une monnaie ou un impôt, en Chine et en Europe comme en témoigne l’étymologie commune des mots « sel » et « salaire » (en latin salarium, somme donnée aux soldats pour l’achat du sel).

Maintenant, le sel est retrouvé dans tous les plats industriels et produits transformés car il augmente la sapidité d’un plat c’est à dire qu’il augmente notre perception du goût…

[/vc_column_text][vc_empty_space][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_empty_space height= »20px »][eltd_accordion style= »boxed_accordion » skin= » » type= »rounded »][eltd_accordion_tab title= »La consommation des français » content_background_color= » »][vc_column_text]

Nous mangeons beaucoup trop salé ! 80% des Français sont au-dessus du seuil de l’OMS déclare Pierre Meneton, chercheur à l’INSERM et auteur du livre “ Le sel: un tueur caché”.

Entre 1990 et 2000, la consommation moyenne de sel des Français a augmenté. Depuis, elle est stable puisque, les hommes consomment 8,7 grammes de sel par jour en moyenne, les femmes et les enfants 6,7 grammes, 10 à 12 grammes pour quelqu’un mangeant quotidiennement des plats industriels.  Le PNNS (programme national nutrition santé) a pour objectif une consommation moyenne de 8 grammes de sel par jour pour les hommes et 6,5 grammes pour les femmes et les enfants. A terme, les pouvoirs publics visent les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, soit 5 grammes par jour.

Les méfaits du sel sur la santé sont connus depuis la fin du XIXème siècle, des médecins allemands avaient repérés qu’une consommation excessive de sel entraîne des dégâts sur la santé en particulier font augmenter la pression artérielle régulée par les reins, qui eux s’abîment lorsque la pression tension artérielle est trop élevée.

[/vc_column_text][/eltd_accordion_tab][eltd_accordion_tab title= »Des décès évitables » content_background_color= » »][vc_column_text]

Dans tous les pays “développés”, les autorités ont demandé à l’industrie agro-alimentaire de réduire progressivement les apports en sel. Mais pourquoi les industriels en rajoutent autant ?

« Parce qu’au-delà de son goût, le sel possède des propriétés technologiques intéressantes pour les industriels. Le sel permet de rehausser les saveurs sucrées tout en inhibant les goûts amers”, explique Pierre Meneton dans la revue Lanutrition.fr, chercheur à l’Inserm. “C’est pour ça qu’on le retrouve dans les pâtisseries, les viennoiseries, les glaces, le chocolat et la plupart des produits sucrés. Le sel est un « cache-misère », il permet de donner du goût à peu de frais à des produits de qualité médiocres. »

Mais pas de panique les effets négatifs sur la santé sont réversibles. Les auteurs d’une étude anglosaxone (1) estiment qu’en diminuant de 5 grammes par jour, l’équivalent d’une cuillère à café, notre consommation de sel, on pourrait éviter 1,25 millions de décès par infarctus et presque 3 millions de morts par maladies cardiovasculaires dans le monde.
En France, les dernières recommandations datent de 2002. Le hic est qu’elles sont basées sur le bon vouloir des industriels, ce qui est insuffisant. Les fabricants ne sont d’autant plus pas obligé à certifier la quantité de sel mais la quantité de sodium sur leurs étiquettes. De quoi perdre le consommateur ! Pour mémoire 1g de sodium vaut à peu près 2,5 grammes de sel.

[/vc_column_text][/eltd_accordion_tab][/eltd_accordion][/vc_column][/vc_row][vc_row center_bck_image= »no »][vc_column][vc_column_text css= ».vc_custom_1499330939451{border-top-width: 1px !important;border-right-width: 1px !important;border-bottom-width: 1px !important;border-left-width: 1px !important;padding-top: 20px !important;padding-right: 30px !important;padding-bottom: 30px !important;padding-left: 30px !important;border-left-color: #27d7ab !important;border-left-style: solid !important;border-right-color: #27d7ab !important;border-right-style: solid !important;border-top-color: #27d7ab !important;border-top-style: solid !important;border-bottom-color: #27d7ab !important;border-bottom-style: solid !important;border-radius: 1px !important;} »]

Crétin des Alpes : Et pourtant il en faut du sel ! c’est ce qui avait poussé les autorités à ajouter de l’iode dans le sel de table classique car l’absence d’aliments iodé peut perturber le bon fonctionnement de la thyroïde des femmes enceintes et ainsi créer des déficients intellectuels chez leur petit.  Ni le sel de mer, ni les aliments industriels en contiennent donc mieux vaut consommer des produits marins sans bannir le sel de table classique.

[/vc_column_text][vc_empty_space][vc_column_text]

1 : Njeri Karanja, Acceptability of Sodium-Reduced Research Diets, Including the Dietary Approaches to Stop Hypertension Diet, among Adults with Prehypertension and Stage 1 Hypertension. Journal of the American Dietetic Association Volume 107, Issue 9 September 2007 pages 1530-1538

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]