Piqûres, allergies, migraines, petits bobos ou maux de ventre peuvent vite nous gâcher les vacances. Il est donc important de prendre avec soi un nécessaire à pharmacie complet. Sans trop se charger. Alors qu’emporter en priorité dans sa trousse de secours de l’été ? Voici 5 indispensables à y glisser afin de passer un bel été.

musicotherapie

Le boss de la trousse de secours : l’antalgique (mal ? nous ? jamais)

Du grec anti : contre et algos : douleur, l’antalgique est de toute évidence l’allié des grandes vacances. Car la douleur peut prendre diverses formes. D’abord un vilain mal de tête, mais aussi une rage de dents inopinée, des règles douloureuses, une angine, un mal de dos… La liste est non exhaustive. Il faut donc prendre dans sa pharmacie estivale un anti-inflammatoire type ibuprofène ou du paracétamol selon ce qui nous soulage le plus. En n’oubliant pas qu’il faut prendre les anti-inflammatoires au cours des repas pour éviter les lésions de l’estomac. (Le paracétamol peut être pris sans manger, mais il est dangereux pour le foie. 4 grammes par jour maximum autorisés).

L’anti diarrhéique (on profite du voyage)

Voilà un autre partenaire de vacances sereines : l’anti diarrhéique. En effet, on mange différemment en période estivale et cela peut jouer sur notre transit. Fruits d’été, crudités, soupes froides ou vin rosé, l’estomac est parfois mis à l’épreuve. Et si on est en voyage à l’étranger, la turista peut également frapper. Ouf, on peut l’enrayer grâce à un anti diarrhéique pour retrouver rapidement du confort. De l’argile verte ventilée peut également faire l’affaire si la diarrhée n’est pas accompagnée d’une infection. Dans ce cas un antiseptique intestinal est recommandé : votre pharmacien peut vous le fournir sans ordonnance. Si vous êtes sujet aux nausées en voiture ou en bateau, pensez aussi aux antis vomitifs !

L’antiseptique, indispensable de la trousse de secours (on soigne les p’tis bobos)

Premiers pas, premier vélo, ou encore acrobaties pour les plus grands… Quand nos bouts de choux sont de la partie, on peut rarement éviter les petits bobos. Heureusement, s’il n’y a rien de grave, il suffit de désinfecter la plaie avec un antiseptique. Là encore, choisissez celui que vous préférez ! Et si vos enfants sont sensibles, préférez un désinfectant qui ne pique pas. Quant au conditionnement, les versions spray format voyage ou les mono doses sont les plus pratiques à transporter. Ainsi, vous évitez les flacons d’alcool en verre. Enfin, pensez à prendre quelques pansements dans votre trousse de secours, étanches de préférence si vous voulez continuer à vous baigner.

L’antihistaminique (on range les mouchoirs)

Dans une maison de location ou chez les amis, poils de chat, de chiens ou poussière peuvent provoquer des allergies. Une crise allergique peut également être déclenchée par une piqûre d’araignée ou par une exposition au soleil (c’est la lucite, l’allergie au soleil). Alors, ça gratte, ça pique, ça fait éternuer ou pleurer ! Dans tous les cas, la prise d’un antihistaminique peut vous aider à soulager vos symptômes efficacement. Attention, si vous avez des difficultés respiratoires inhabituelles ou des gonflements suite à une piqûre de guêpe appelez le SAMU (composez le 112) ou rendez-vous aux urgences les plus proches.