Hellocare > Magazine > Conseils santé > Nutrition > Probiotiques : les micro-organismes alliés de votre santé

Probiotiques : les micro-organismes alliés de votre santé

Des pharmacies jusqu’aux grandes surfaces, les probiotiques sont partout. Mais sont-ils vraiment si efficaces que ça ? Dans quel cas les utiliser ? Et comment faire votre choix au milieu des milliers de souches de probiotiques existantes ?

En savoir plus

Par Audrey Lemaire – le 12 décembre 2018

Les probiotiques, c’est quoi ?

Pour reprendre la définition de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), un probiotique est un micro-organisme vivant qui, lorsqu’il est administré en quantité suffisante, exerce un effet bénéfique pour la santé de l’hôte ». Son nom est issu du grec pro bios qui peut se traduire approximativement par « pour la vie » ou « en faveur de la vie »… Plus concrètement, la majorité des probiotiques sont des bactéries présentes à l’état naturel dans l’un des microbiotes humains (communautés de microorganismes composant par exemple la flore digestive) ou agissant de manière similaire aux « bonnes bactéries » de la flore intestinale, vaginale, cutanée etc. Cela étant dit, les probiotiques sont loin d’être tous des bactéries : des levures, comme la levure de bière par exemple, entrent aussi dans cette catégorie. Mais quelle que soit leur nature exacte, les probiotiques agissent globalement de la même manière : ils se multiplient pour rééquilibrer et/ou renforcer la flore ciblée. Vous pouvez notamment en trouver dans :

  • divers aliments. Certains, comme les yaourts et autres aliments fermentés (la choucroute, les pickles, le pain au levain…) en contiennent naturellement. D’autres sont supplémentés artificiellement ;
  • des compléments alimentaires (ex. : gélules) ou des ovules vaginaux ;
  • des produits cosmétiques, du type crème ou sérum par exemple.
Des bienfaits prouvés, d'autres supposés

Des études ont démontré l’efficacité de diverses souches de probiotiques pour faciliter la digestion et réguler le transit intestinal. Le Streptococcus thermophilus peut accélérer le transit par exemple, d’où un intérêt en cas de constipation. Les bienfaits du Bifidobacterium bifidum en cas de syndrome du côlon irritable ont également été attestés… Mais les probiotiques n’agissent pas seulement sur le système digestif. Certaines souches seraient aussi potentiellement en mesure de renforcer le système immunitaire, de prévenir l’eczéma ou encore de limiter les risques d’apparition du cancer colorectal. Mais cela reste à démontrer clairement !

Quand prendre des probiotiques ?

Si vous avez une bonne hygiène de vie et que vous ne souffrez d’aucun trouble précis, l’intérêt des probiotiques est discutable… En revanche, vous pouvez essayer d’en faire une cure si vous souffrez de ballonnements, de constipation, de diarrhée etc. Ou encore pour protéger votre flore intestinale des méfaits d’un traitement antibiotique (NB : vous pouvez prendre les probiotiques avant, pendant et après le traitement). Des probiotiques du genre Lactobacillus peuvent aussi être intéressants pour rééquilibrer votre flore intime en cas d’infections urinaires ou vaginales (ex. : mycoses) régulières. À noter : si vos symptômes persistent plus de 2-3 jours et/ou s’aggravent, consultez votre médecin.

Des conseils pour profiter au maximum des bienfaits des probiotiques

Choisissez les bonnes souches

Lactobacillus acidophilus, Lactobacillus casei, Bifidobacterium bifidum, ultra-levure… Pas si simple de se repérer au milieu de toutes les souches de probiotiques du marché. Or, seule une partie d’entre elles sera utile pour combattre vos troubles digestifs ou encore rééquilibrer votre flore vaginale. Pour arrêter votre choix, le mieux est encore de demander l’avis de votre médecin : il pourra vous conseiller la ou les souches les plus adaptées à votre cas.

Probiotiques : les précautions d’emploi

Habituellement la prise de probiotiques ne représente aucun danger. Toutefois, certains d’entre eux, comme l’ultra-levure, sont déconseillés si votre système immunitaire est très affaibli par une maladie (ex. : sida) ou un traitement médicamenteux, type chimiothérapie par exemple. Au moindre doute prenez un avis médical. Plus largement, si vous souffrez d’une pathologie chronique, de douleurs chroniques ou que vous prenez un traitement au long cours (ex. : anticoagulants), voyez toujours un médecin avant de prendre des probiotiques, par précaution.

Optimisez l’efficacité de vos cures

Une grande partie des bactéries et autres probiotiques que vous consommez meurent avant d’avoir pu coloniser votre système digestif. Dans ces conditions, une consommation ponctuelle n’a guère d’intérêt : une cure de 3 à 4 semaines est plus efficace. Il serait aussi intéressant de consommer des prébiotiques durant votre cure : il s’agit de molécules favorisant le développement des probiotiques. Elles sont présentes à l’état naturel dans de nombreux :

  • fruits, comme la pomme, la pêche et le pamplemousse ;
  • légumes dont l’ail, l’artichaut et l’oignon ;
  • légumineuses comme les pois chiches, les flageolets et les haricots rouges.