Votre enfant mouille régulièrement ses draps ? S’il a moins de 5 ans, c’est tout à fait naturel. En effet, les plus jeunes ne sont tout simplement pas encore en mesure de contrôler leur sphincter. Mais passé cet âge, le fameux « pipi au lit » peut être considéré comme un véritable trouble de la miction : le corps médical parle plus précisément d’énurésie. La bonne nouvelle, c’est que ce trouble est bénin dans la grande majorité des cas. D’ailleurs, il cesse souvent de lui-même au bout de quelques mois… Cependant, il nécessite parfois un traitement particulier : on vous explique tout !

 

Pipi au lit énurésie nocturne

Les différentes formes d’énurésie

L’énurésie est un terme générique désignant toutes les mictions répétées, involontaires, inconscientes et complètes se déroulant durant le sommeil à partir de l’âge de 5 ans. Par « complètes » il faut comprendre qu’il ne s’agit pas de simples petites fuites : l’enfant vide entièrement sa vessie sans s’en rendre compte. Dans la majorité des cas, les incidents surviennent la nuit : on parle alors d’énurésie nocturne. Mais certains enfants font également pipi au lit durant la sieste ! Enfin, il est également important de distinguer :

  • l’énurésie primaire, lorsque l’enfant n’a encore jamais été propre durant la nuit ;
  • l’énurésie secondaire, quand les problèmes de « pipi au lit » refont leur apparition après une période de propreté d’au moins 6 mois.

Quelles sont les causes de l’énurésie nocturne primaire

L’énurésie primaire est souvent liée à :

  • un petit retard du processus de maturation de la vessie ;
  • des difficultés à se réveiller lorsque la vessie signale qu’elle est pleine ;
  • une sécrétion encore insuffisante d’hormone antidiurétique, chargée normalement de réduire la production d’urine durant la nuit ;
  • plus rarement, une malformation du système urinaire.

Bon à savoir : l’énurésie primaire est favorisée par des facteurs génétiques héréditaires. Ainsi, si vous ou votre conjoint(e) en avez été atteint durant votre jeunesse, votre enfant a près de 45% de chance d’être touché (ou plus de 75% lorsque les deux parents sont concernés).

Pourquoi votre enfant refait pipi au lit ?

Divorce, deuil, déménagement, naissance d’un petit frère ou d’une petite sœur, harcèlement scolaire .. sont autant de causes possibles à l’énurésie nocturne secondaire. En effet, cette dernière est souvent d’origine psychologique. Cependant, elle peut aussi être provoquée par une maladie ou un trouble organique comme par exemple :

  • le diabète. Pensez-y notamment si votre enfant perd du poids, s’il a tout le temps soif, s’il urine plus souvent que d’habitude durant la journée et s’il semble très fatigué ;
  • une infection urinaire. Dans ce cas, l’urine est souvent trouble et malodorante. Votre enfant peut également avoir de la fièvre et se plaindre d’une sensation de brûlure lors de la miction.

Comment traiter l’énurésie nocturne ?

Quelle que soit la forme d’énurésie, mieux vaut consulter un pédiatre pour rechercher une cause physique. En fonction des circonstances, il peut prescrire un traitement médicamenteux pour guérir une infection urinaire par exemple ou une intervention chirurgicale pour une malformation. S’il suspecte plutôt une origine psychologique, il vous orientera vers un psychologue pour enfant ou un pédopsychiatre… Mais pour une « simple » énurésie primaire, le pédiatre vous donnera surtout des conseils hygiéno-diététiques (ex. : ne pas laisser l’enfant boire dans les 3 h précédant le coucher et lui rappeler d’aller aux toilettes juste avant de dormir). Ils corrigent souvent le problème en l’espace de quelques mois si bien que les traitements médicamenteux, les thérapies comportementales et la rééducation vésico-sphinctérienne ne sont envisagés que dans un second temps, à partir de 6 ans.

Pipi au lit : comment accompagner l’enfant ?

Faire pipi au lit est souvent une source de honte et de culpabilité pour l’enfant : à moins de prendre quelques précautions, il risque de perdre confiance en lui et de s’isoler des autres. C’est pourquoi nous vous conseillons de dédramatiser la situation. Dites-lui que vous savez qu’il ne le fait pas exprès et surtout ne le grondez jamais lorsqu’il mouille ses draps. Vous pouvez également lui avouer que vous aussi, vous avez eu ce genre de problème par le passé : ça peut le rassurer sur sa propre capacité à devenir « propre ». Enfin, évitez de lui mettre une couche, sinon il aura l’impression d’être traité comme un bébé. Préférez une alèse pour protéger son matelas voire une alèse connectée à une alarme (dispositif « stop-pipi ») pour qu’il se réveille dès qu’il commence à uriner.