L’infarctus du myocarde, dit couramment infarctus ou crise cardiaque, tue presque 12000 personnes chaque année en France. Mais grâce aux progrès médicaux, à la rapidité d’intervention du Samu et au nombre croissant d’unités cardiologiques, le taux de mortalité dû à l’infarctus est en baisse. Voici les clés pour comprendre cette maladie, l’éviter ou la soigner, et la prendre en charge à temps si nécessaire, pour vous ou pour vos proches.

infarctus

Un infarctus, c’est quoi exactement ?

Un infarctus, c’est la destruction d’une partie du myocarde – du grec myo, muscle et carde, cœur – notre muscle cardiaque. Cette destruction survient lorsqu’une artère coronaire se bouche, et ne peut plus alimenter le muscle cardiaque en sang et en oxygène.

Rapidement, ses cellules et tissus se nécrosent au niveau d’une zone plus ou moins étendue. Le myocarde va alors avoir du mal à se contracter normalement. Cela va d’abord provoquer une arythmie, puis une insuffisance cardiaque générant un essoufflement important, et dans le pire des cas, l’arrêt du cœur.

Quels sont les symptômes de l’infarctus et comment réagir ?

Pour éviter des conséquences dramatiques, il faut prendre en charge un infarctus dès les premiers signes. Pour cela, il est important de savoir les reconnaître. Les symptômes d’un infarctus du myocarde sont les suivants :

  • Douleur thoracique aiguë et continue 
  • Irradiation de cette douleur dans le bras gauche, puis dans la nuque, le dos, la mâchoire
  • Difficultés à respirer
  • Nausées et vertiges dans certains cas

Toutefois, il existe également des infarctus dits silencieux, non douloureux et ne présentant aucun symptômes. Ces derniers sont en général diagnostiqués à posteriori, quand on consulte pour des complications comme l’insuffisance cardiaque chronique ou après un test d’effort.

Si vous ou un de vos proches présentez les symptômes mentionnés ci-dessus, appelez sans tarder le 15 en les décrivant pour être pris en charge au plus vite. Aérez la pièce où vous vous trouvez et restez calme en attendant l’arrivée des secours.

Quelles sont les causes de l’infarctus ?

L’infarctus du myocarde est provoqué par l’obstruction d’une artère coronaire. Cette obstruction est elle-même causée par la formation de plaques d’athérome (une accumulation de graisse, de tissus fibreux, de calcaire et de sang) sur la paroi des artères. La plaque diminue alors le diamètre des artères et empêche la bonne circulation sanguine.

Les facteurs pouvant déclencher la formation de ces plaques d’athérome sont l’hypercholestérolémie, l’hypertension, le diabète, le tabagisme, le stress, le manque d’activité physique ou l’obésité abdominale. L’âge est aussi un facteur aggravant, ainsi que certaines prédisposition génétiques. Les hommes sont les plus touchés, mais à la ménopause les femmes ont ensuite autant de risques que les hommes de souffrir d’un infarctus.

Prise en charge et intervention

Pour sauver quelqu’un d’un infarctus du myocarde, l’équipe médicale commence par désobstruer l’artère atteinte. Pour cela, elle pratique une angioplastie, dite aussi reperfusion. C’est une intervention qui consiste à dilater les parois de l’artère grâce à un ballonnet qui se gonfle, introduit à l’aide d’un cathéter. La circulation sanguine se fait alors à nouveau normalement. On pose ensuite un stent pour maintenir l’artère dilatée.

Si le délai d’intervention dépasse les 90 minutes, le patient pourra recevoir un agent thrombolytique qui viendra dissoudre le caillot.

Prévenir l’infarctus et sa récidive

La prévention passe d’abord par une bonne hygiène de vie, une alimentation bonne pour le cœur et une activité physique régulière. Si vous avez déjà subi un infarctus, alors prévenir sa récidive passera par un traitement nommé BASIC : Bêtabloquant, Antiagrégants plaquettaires type aspirine, Statines contre le cholestérol, Inhibiteurs de l’enzyme de conversion contre l’hypertension, Contrôle des facteurs de risque (tabagisme, surpoids, réadaptation physique).

Medecins en ligne