L’extraction des dents de sagesse, dites aussi troisièmes molaires, est généralement indolore grâce à l’anesthésie. En revanche, vous pouvez avoir mal avant l’opération en cas d’infection ou de dents de sagesse qui poussent « croche » : en d’autres termes, de dents qui poussent de travers. La douleur post-intervention est aussi courante, surtout en cas d’extraction des dents de sagesse de la mâchoire inférieure. Normalement, votre dentiste vous prescrira des antalgiques : respectez bien sa prescription. En complément, adoptez 5 bons réflexes pour soulager au maximum la douleur avant et après l’extraction de vos dents de sagesse !

Dents de sagesse douleur

Le clou de girofle en cas d’infection

A la fois antiseptique, anti-inflammatoire et anti-douleur, le clou de girofle a tout bon contre la rage de dents. Il peut notamment être efficace si votre dent de sagesse est cariée. En attendant votre rendez-vous chez le dentiste, écrasez simplement un clou de girofle entre vos doigts puis appliquez-le quelques minutes sur la zone douloureuse. Variante : faites infuser 5 clous de girofle dans une tasse d’eau, laissez refroidir puis utilisez l’infusion comme bain de bouche. Il existe aussi de l’huile essentielle (HE) de clou de girofle, à appliquer avec un coton-tige. Mise en garde : évitez le clou de girofle sous toutes ses formes si vous êtes enceinte car il favorise les contractions. Son HE est aussi contre-indiquée durant l’allaitement et chez l’enfant de moins de 12 ans.

Un bain de bouche d’eau salée, un bon réflexe avant l’extraction des troisièmes molaires

Le sel est un excellent décongestionnant : pensez-y si votre gencive est rouge, douloureuse et gonflée. Pour préparer votre bain de bouche, commencez par faire bouillir l’équivalent d’une tasse d’eau. Dès que l’eau est tiède, diluez une cuillère à soupe de gros sel dedans. N’hésitez pas à renouveler ce bain de bouche plusieurs fois par jour pour réduire l’inflammation. Remarque : si vous voulez aussi utiliser des bains de bouche APRES l’extraction de vos dents de sagesse, demandez l’avis de votre dentiste. Normalement il faut respecter un délai après l’intervention, le temps qu’un caillot sanguin se forme et bouche « le trou », ce qui marque le début de la cicatrisation de votre gencive.

De la glace après l’extraction des dents de sagesse

Dans les 24 heures suivant l’intervention, rien de tel qu’une bonne poche de glace pour calmer le mal de dents et réduire le gonflement des joues « classique » après l’extraction des dents de sagesse de la mâchoire inférieure. Si vous n’avez pas de poche de glace, poche de froid ou autre produit « tout prêt » du commerce, utilisez simplement des glaçons. L’essentiel est de bien protéger votre peau : placez 5 glaçons dans un sachet plastique, enveloppez-le dans une petite serviette et plaquez l’ensemble sur votre joue pendant 15-20 minutes.

Bon réflexe post-extraction des dents sagesse : adaptez votre alimentation

Modifier votre alimentation ne va pas directement calmer la douleur dentaire mais cela va éviter de l’aggraver. C’est surtout durant les 2-3 premiers jours après l’extraction des dents de sagesse que vous devez faire attention : mangez seulement des aliments mous (voire liquides le 1er jour) et froids. Si tout va bien, les 2 jours suivants vous pouvez essayez des aliments tièdes et à la texture un peu plus « consistante ». Mais ils doivent rester bien moelleux ! A moins d’une contre-indication ou d’une complication particulière, reprenez ensuite une alimentation normale.

En cas de mal de dent très intense, appelez votre dentiste

Vous prenez bien vos médicaments, vous respectez les recommandations de votre dentiste (ex. : vous brosser les dents sans toucher votre plaie) et vous prenez toutes les mesures complémentaires possibles pour combattre votre mal de dent. Malgré cela, votre douleur est toujours à la limite du supportable 4-5 jour après l’extraction de vos dents de sagesse ? N’attendez pas : contactez votre dentiste. Il peut vous prescrire un autre traitement et/ou s’assurer que vous ne souffrez pas d’une complication post-opératoire du type alvéolite par exemple (inflammation douloureuse de l’alvéole dentaire).