Par le Léa Magiore, Médecin Généraliste

Le corps humain est soumis au cycle d’une journée de 24 heures. Ce rythme régule la quasi-totalité des fonctions biologiques et comportementales. En été, avec le changement d’heure, la chaleur et l’allongement des journées, notre corps s’adapte pour être en phase avec la saison.

chronobiologie

Chronobiologie : être en phase avec son temps

Qu’est-ce que la chronobiologie

Sans que nous nous en rendions compte, nos activités obéissent à des horloges internes. Cette horloge fonctionne sur un rythme de 24 heures. Ce rythme synchronise entre autres les variations de température, la production d’hormones, ainsi que d’autres paramètres telles que la vigilance ou la mémorisation.
La chronobiologie regroupe l’étude de ces rythmes et des conséquences de leur perturbation. C’est notamment grâce à ce rythme circadien ((circa : « proche de », dien : « un jour ») que nous nous endormons en fin de journée, que notre respiration ralentit la nuit ou que nous supportons le décalage horaire.
Nos organes disposent chacun de leur propre horloge interne, aussi une re-synchronisation permanente est-elle nécessaire. C’est l’horloge du cerveau qui s’en occupe, et la synchronisation de son horloge se fait essentiellement grâce à la lumière.

La chronobiologie estivale

En été, plusieurs facteurs entraînent une modification du fonctionnement de notre organisme. Les journées sont plus longues, la chaleur nous accable, nous trouvons plus difficilement le sommeil, nos besoins alimentaires s’allègent, la lumière du soleil nous éclaire plus longtemps… Mais notre corps s’adapte à la saison pour nous offrir le fonctionnement le plus optimal possible.

Le rôle de la lumière

Là encore, le phénomène agit en dehors de notre conscience. La lumière est en effet un synchroniseur puissant qui recale en permanence notre horloge interne sur le rythme circadien de 24 heures. Nos yeux sont les seuls organes à « connaître l’heure ». Ainsi, la mélatonine (l’hormone du sommeil) est bloquée par la lumière du jour, tandis que la nuit la libère. Ce qui revient à dire que la lumière favorise l’éveil, et son absence entraîne le sommeil. Nous restons donc plus facilement et plus longtemps éveillés en été qu’en hiver.
Si vous éprouvez des difficultés à vous endormir, couchez-vous tous les soirs à la même heure. L’objectif est d’habituer votre organisme à gérer son temps de sommeil afin de permettre à la corticotrope (l’hormone permettant à votre organisme de se réveiller tout seul lorsque le temps de sommeil a été suffisant) de lancer l’éveil de votre organisme.

Les conseils du médecin

Adapter son alimentation

La chaleur entraîne une perte d’appétit. Il est toutefois important de garder une bonne alimentation même quand il fait chaud. Avec la chronobiologie estivale, on cherchera davantage les aliments qui favorisent l’hydratation et compensent la perte des minéraux provoquée par la transpiration. De même, on évitera les aliments qui surchargent le système digestif et entraînent une dépense énergétique importante du corps, déjà beaucoup sollicité par ailleurs.
Le citron et le pamplemousse, agrumes sans sucre, calment la sensation de soif. Parfaite pour les salades, la tomate regorge de minéraux et d’oligo-éléments.
Le poisson peut être consommé, dans une limite de deux fois par semaine. Riches en oméga 3, il se digère plus facilement que les viandes.
Un yaourt blanc équivaut à un verre d’eau ! Il hydrate, procure un peu de fraîcheur et aide à la digestion. Il peut même être appliqué sur un coup de soleil !

Mieux dormir

L’été est propice aux apéros : une bière fraîche par ci, un verre de rosé par là … Pourtant, l’alcool ne facilite pas le sommeil. Buvez un seul verre d’alcool dans la journée et hydratez-vous avec de l’eau fraîche ou des eaux aromatisées, faibles en sucre.
Comme les journées sont longues, on peut être tenté de dîner plus tard. Là encore, cela peut perturber le sommeil. Dans le mot chronobiologie, il y a « chronos » – le temps – ce qui signifie qu’il faut respecter les intervalles entre deux repas ou entre le moment du dîner et celui du coucher. Moins il y a de temps entre le moment où vous dînez et vous vous couchez, plus il y a de risques de troubles digestifs et de brûlures d’estomac. Le moment idéal pour le dîner se situe entre 18h30 et 19h30.

consultation-medecin-en-ligne-hellocare